Notre structure notre equipe nos services nos conseils
chezmonveto
Nos conseils santé
Vous êtes ici : Accueil > Conseil santé > Diagnostiquer la PIF
Imprimer En savoir plus
chezmonveto
picto

Diagnostiquer la PIF

La PIF est une maladie transmissible contagieuse virale, problématique chez le chat, surtout lorsqu’il vit en collectivité. Il est important de diagnostiquer précocement cette maladie pour mettre en œuvre les mesures de lutte appropriées.

 

Qu’est-ce que la PIF ?

La PIF ou péritonite infectieuse féline est une maladie virale due à un coronavirus félin. Il s’agit d’une forme mutée d’un coronavirus bénin (le FcoV) qui est, lui, assez fréquent dans la population féline et vit dans l’intestin des chats sans provoquer de symptômes.

Le virus de la PIF concernerait environ 5 % des chats. Les félins vivant en collectivité y sont plus exposés. Les jeunes et les chats de plus de 10 ans sont les plus touchés.

La maladie se transmet essentiellement par voie oro-fécale, les fèces étant la première source de contamination.

 

 

Comment se manifeste-t-elle ?

La PIF peut sévir sous deux formes, sèche et humide :

-forme humide : elle touche plutôt les jeunes chats et se traduit par des épanchements liquidiens dans l’abdomen et/ou le thorax, le péricarde. Ces épanchements entraînent une gêne respiratoire et des problèmes digestifs. La mort survient en quelques jours à quelques semaines.

-forme sèche : davantage chez les chats âgés. C’est une forme qui concerne différents organes et les symptômes sont donc variables en fonction de l’organe touchée (jaunisse si c’est le foie…). L’évolution est plus lente (plusieurs mois) et le diagnostic différentiel difficile.

 

 

Comment diagnostiquer la PIF ?

Le diagnostic est difficile car il est impossible de différencier le coronavirus intestinal bénin de celui de la PIF.

Il existe cependant un test de dépistage (sérologie) mais il ne peut pas faire la différence entre les deux types de coronavirus.

L’interprétation est donc effectuée par le vétérinaire en fonction du contexte clinique et épidémiologique. En cas de forme humide, le praticien peut également réaliser un prélèvement de l’épanchement pour son analyse.

D’autres examens complémentaires peuvent être utile pour confirmer une suspicion comme une numération formule sanguine ou un test PCR au laboratoire (sur les fèces mais difficiles car l’excrétion virale est intermittente).

 

 

Quelle est la conduite à tenir en cas de PIF ?

Il n’existe pas de traitement spécifique de la PIF et le traitement est donc uniquement palliatif.

Il n’existe aucun vaccin en France actuellement contre la maladie.

On préconise des mesures de prévention sanitaire (quarantaine, dosages sérologiques en chatterie, mesures de désinfection).

Il existe un vaccin intranasal aux Etats-Unis mais son efficacité est contestée. Il est inefficace sur les chats déjà séropositifs.